Vêpres du Mardi 8 décembre 1998, homélie du Père Pierre AFONSO

Solennité de l'Immaculée Conception, L'ILE-BOUCHARD
Les caractéristiques du Pèlerinage à Notre Dame de la Prière
sur le chemin du Grand Jubilé

Chers pèlerins,
    Je voudrais réfléchir avec vous sur notre démarche de pèlerins auprès de Notre Dame de la Prière. Quelles sont les caractéristiques du Pèlerinage à Notre Dame de la Prière? Et comment ce pèlerinage à L'Ile-Bouchard nous fait entrer dans la grâce du Grand Jubilé de l'An 2000?

1- Le pèlerinage à Notre Dame de la Prière est une célébration
du mystère de l'Incarnation du Fils de Dieu

    Le pèlerin qui se met en route vers Notre Dame de la Prière accomplit une démarche de pèlerinage caractéristique de l'institution du Jubilé. Voici ce que nous écrit notre Pape Jean-Paul II dans la Bulle d'indiction du Grand Jubilé de l'an 2000, Incarnationis mysterium (le mystère de l'Incarnation), qu'il vient de publier le dimanche 29 novembre dernier, pour tous les fidèles en marche vers le troisième millénaire:

(Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, n°7) "Au cours de son histoire, l'institution du Jubilé s'est enrichie de signes qui attestent la foi et qui aident la piété du peuple chrétien. Parmi eux, il faut rappeler avant tout le pèlerinage. Celui-ci ramène à la condition de l'homme qui aime décrire sa propre existence comme un cheminement. De sa naissance à sa mort, chacun est dans la condition, toute particulière, d'homo viator. La Sainte Écriture, pour sa part, atteste à maintes reprises la valeur du fait de se mettre en route pour arriver aux lieux saints; c'était une tradition que l'Israélite se rende en pèlerinage à la ville où était conservée l'arche de l'alliance, ou qu'il visite le sanctuaire de Béthel (cf. Jg 20, 18), ou celui de Silo, où Anne, mère de Samuel, vit sa prière exaucée (cf. 1 S 1, 3). En se soumettant volontairement à la Loi, Jésus, lui aussi, avec Marie et Joseph, se fit pèlerin vers la ville sainte de Jérusalem (cf. Lc 2, 41). L'histoire de l'Église est le journal vivant d'un pèlerinage jamais terminé. En route vers la ville des saints Pierre et Paul, vers la Terre sainte ou vers les anciens ou nouveaux sanctuaires consacrés à la Vierge Marie et aux Saints: tel est le but d'innombrables fidèles qui alimentent ainsi leur piété."
    "Le pèlerinage a toujours été un moment significatif dans la vie des croyants, tout en revêtant selon les époques des expressions culturelles différentes. Il évoque le cheminement personnel du croyant sur les pas du Rédempteur: c'est un exercice d'ascèse salutaire, de repentance pour les faiblesses humaines, de vigilance constante sur sa propre fragilité, de préparation intérieure à la réforme du cœur. Par la veille, par le jeûne, par la prière, le pèlerin avance sur la voie de la perfection chrétienne, s'efforçant d'atteindre, avec le soutien de la grâce de Dieu, " l'état d'Homme parfait, la plénitude de la stature du Christ " (Ep 4, 13)."

    C'est le mystère de l'Incarnation du Fils de Dieu qui est célébré alors que Notre Dame de la Prière est contemplée avec l'ange Gabriel dans cette scène de l'Annonciation ou par son fiat, le sauveur va prendre chair en elle. Et c'est bien le mystère célébré dans le Grand Jubilé des 2000 ans de l'Incarnation du Fils de Dieu.

    (Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, n°1) "Les yeux fixés sur le mystère de l'incarnation du Fils de Dieu, l'Église s'apprête à franchir le seuil du troisième millénaire. […] l'histoire du salut trouve en Jésus Christ son point culminant et son sens parfait. En lui, nous avons tous reçu " grâce après grâce " (Jn 1, 16), et nous avons obtenu d'être réconciliés avec le Père (cf. Rm 5, 10; 2 Co 5, 18)."

2- Le pèlerinage à Notre Dame de la Prière est une célébration
de la miséricorde du Père révélée dans la croix de Jésus

    Notre Dame de la Prière présente Jésus en croix au pèlerin qui vient se confier à elle. Le pèlerin est invité par Marie à accueillir Jésus en croix. Marie le conduit à reconnaître la miséricorde du Père exprimée dans le don de Jésus pour le salut du monde. Et c'est particulièrement en ces jours de fête de l'Immaculée Conception où Marie conçue sans péché est fêtée comme le fruit de la prévenance de la miséricorde du Père par anticipation de la croix de Jésus. Et Marie est alors manifestée comme le refuge des pécheurs. Accueillir la croix de Jésus, c'est confesser l'amour de Dieu en même temps que son péché et se disposer à accueillir le pardon de Dieu.

    Le Jubilé est une grâce d'accueil renouvelé de l'amour de Dieu dans une attitude de conversion et de pardon.

    (Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, n°3) "Les années de préparation au Jubilé ont été placées sous le signe de la très sainte Trinité: par le Christ — dans l'Esprit Saint — à Dieu le Père. […] Jésus révèle le visage de Dieu le Père " miséricordieux et compatissant " (Jc 5, 11), et par l'envoi de l'Esprit Saint il rend manifeste le mystère d'amour de la Trinité."
    (Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, n°11) "Que personne, en cette année jubilaire, ne s'exclue de l'accolade du Père! Que personne ne se comporte comme le frère aîné de la parabole évangélique qui refuse d'entrer dans la maison pour faire la fête (cf. Lc 15, 25-30)! Que la joie du pardon soit plus forte et plus grande que tout ressentiment! De cette manière, l'Épouse brillera aux yeux du monde de la beauté et de la sainteté qui viennent de la grâce du Seigneur. Depuis deux mille ans, l'Église est le berceau où Marie dépose Jésus et où elle le confie à l'adoration et à la contemplation de tous les peuples. Qu'à travers l'humilité de l'Épouse puisse resplendir davantage encore la gloire et la force de l'Eucharistie, qu'elle célèbre et conserve en son sein! Dans le signe du Pain et du Vin consacrés, le Christ Jésus ressuscité et glorifié, lumière des nations (cf. Lc 2, 32), révèle la continuité de son Incarnation. Il reste vivant et vrai au milieu de nous pour nourrir les croyants de son Corps et de son Sang.
    Que nos yeux soient donc fixés sur l'avenir! Le Père des miséricordes ne tient pas compte des péchés dont nous nous sommes vraiment repentis (cf. Is 38, 17). Il accomplit maintenant quelque chose de nouveau et, dans l'amour qui pardonne, il anticipe les cieux nouveaux et la terre nouvelle. Que la foi se ranime donc, que l'espérance grandisse, que la charité devienne toujours plus active, en vue d'un engagement renouvelé de témoignage chrétien dans le monde du prochain millénaire!"

3- Le pèlerinage à Notre Dame de la Prière est une célébration
du Magnificat de l'Eglise, jubilation dans l'Esprit Saint

    Notre Dame de la Prière apprend à prier au pèlerin qui vient auprès d'elle. Comme une maman pour ses enfants, elle se fait pédagogue, pédagogue de la prière. C'est la prière dans une église paroissiale, la prière en Eglise, la prière de l'Eglise, qui trouve son point culminant dans l'action de grâces pour les merveilles de Dieu. L'Eglise chante le Magnificat de la Vierge Marie. C'est une exultation dans l'Esprit Saint qui habite l'Eglise comme son Temple.

    Et le jubilé n'est-il pas cette grande jubilation, grande joie et action de grâces pour l'oeuvre de Dieu qui s'accomplit dans l'histoire. Merveilles de Dieu dans l'histoire des hommes, et merveilles des hommes réconciliés avec Dieu. Magnificat de l'Eglise en marche vers la Jérusalem céleste.

(Jean-Paul II, Incarnationis mysterium, n°14) "La joie du Jubilé ne serait pas complète si le regard ne se tournait vers Celle qui, dans la pleine obéissance au Père, a engendré pour nous dans la chair le Fils de Dieu. À Bethléem s'accomplirent pour Marie " les jours où elle devait enfanter " (Lc 2, 6) et, remplie de l'Esprit, elle mit au monde le Premier-né de la nouvelle création. Appelée à être la Mère de Dieu, Marie, à partir du jour de la conception virginale, a vécu pleinement sa maternité, la menant jusqu'à son couronnement sur le Calvaire au pied de la Croix. Là, par un don admirable du Christ, elle est devenue aussi Mère de l'Église, montrant à tous la voie qui mène à son Fils.
    Femme de silence et d'écoute, docile entre les mains du Père, la Vierge Marie est invoquée par toutes les générations comme " bienheureuse ", parce qu'elle a su reconnaître les merveilles accomplies en elle par l'Esprit Saint. Les peuples ne se lasseront jamais d'invoquer la Mère de la miséricorde et ils trouveront toujours refuge sous sa protection. Que Celle qui, avec son fils Jésus et son époux Joseph, alla en pèlerinage vers le temple saint de Dieu, protège la route de ceux qui se feront pèlerins en cette année jubilaire! Qu'elle veuille bien intercéder avec une intensité particulière durant les mois prochains pour le peuple chrétien, afin qu'il obtienne l'abondance de la grâce et de la miséricorde, tandis qu'il se réjouit des deux mille ans écoulées depuis la naissance de son Sauveur!
    Que monte à Dieu le Père, dans l'Esprit Saint, la louange de l'Église pour le don du salut dans le Christ Seigneur, maintenant et pour les siècles à venir!"

Ainsi nous pouvons mieux comprendre comment le pèlerinage à Notre Dame de la Prière nous dispose par excellence à accueillir la grâce du Grand Jubilé. Que la grâce reçue aujourd'hui par l'intercession maternelle de Notre Dame de la Prière porte du fruit en abondance! AMEN.