Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie
Patronne principale de la France
Vendredi 15 août 2008 – L’ILE-BOUCHARD, parc de Marigny
Homélie du Père Pierre Afonso, Curé de L'Ile-Bouchard


I- LE MAGNIFICAT

Pour la solennité de l’Assomption de la Vierge Marie, nous entendons le récit de la Visitation. Dans la rencontre avec sa cousine Elisabeth, la Vierge Marie qui porte en son sein l’enfant Jésus, fait monter cette admirable prière du MAGNIFICAT. Elle dit particulièrement du Seigneur : il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles. C’est ce qui se passe au terme de la vie terrestre de la Vierge Marie. Le Seigneur a élevé son humble servante dans le Ciel de gloire. Elle est élevé au Ciel corps et âme. Dieu le Père n’a pas voulu que celle qu’il avait préparée par la grâce de la conception immaculée pour devenir la mère de son Fils, connaisse la corruption du tombeau. Celle qui a porté dans son corps le Fils de Dieu et qui a toujours dit Oui au Père Eternel dans la docilité à l’Esprit-Saint, sans jamais céder à l’attrait du péché, resplendit maintenant dans le Ciel comme un signe d’espérance pour toute l’Eglise. La Femme que le Livre de l’Apocalypse a décrite est à la fois la Vierge Marie, qui a enfanté le Sauveur Jésus-Christ, et l’Eglise fondée sur les douze apôtres, en prise à la persécution et au combat spirituel contre l’Ennemi, le diable, l’homicide, Père du mensonge. La Femme couronnée de douze étoiles est la figure de l’Eglise, Vierge et Mère.

Le Magnificat de la Sainte Vierge Marie caractérise profondément son âme dans la reconnaissance permanente au Seigneur source de toute grâce. Marie est toute entière Oui et Merci à Dieu pour l’accomplissement de son œuvre, pour le don de la conception immaculée jusqu’à son assomption dans le Ciel. Et Marie nous entraîne dans son Magnificat. Elle nous apprend à le prier et à le vivre. Il devient le Magnificat de toute l’Eglise en marche vers la Patrie céleste. Le Magnificat de l’Eglise pour les merveilles du Seigneur miséricordieux à travers les siècles par-delà les péchés des hommes. Le Magnificat de l’Eglise aussi pour les nombreuses visitations de la Vierge Marie : je mentionne particulièrement en France, le Laus, la chapelle de la rue du Bac, La Salette, Lourdes en cette année jubilaire, Pontmain, Pellevoisin, et enfin L’Ile-Bouchard où la Vierge Marie, nous demande de chanter le Magnificat. Chacun de nous est appelé à faire sien le chant du Magnificat pour soi-même et pour les autres, pour l’Eglise. A L’Ile-Bouchard, nous pouvons reprendre personnellement les paroles de la cousine Elisabeth : Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? quel bonheur d’avoir une telle Maman du Ciel ! « Oui, je suis votre Maman du Ciel ! » La Belle Dame, une mère si belle et si douce qui se fait si proche, qui demande notre main pour l’embrasser et qui donne sa main pour que nous l’embrassions !

Et permettez moi d’exprimer mon Merci, mon Magnificat au Seigneur avec Notre-Dame de la Prière pour ces 10 années passées à L’Ile-Bouchard, avant de partir à Marseille comme Curé modérateur de l’équipe de prêtres de la Communauté de l’Emmanuel au Secteur Littoral. Pour cette dernière Messe solennelle célébrée à L’Ile-Bouchard, j’ai le cœur et l’âme remplis d’émerveillement pour tant de grâces reçues. J'ai beaucoup reçu en 10 ans de service auprès de Notre-Dame de la Prière : joie d'entrer plus profondément dans la douceur de Marie et de Jésus, grâce de prière filiale, joie de faire aimer Marie et joie des pèlerins en retour, approfondissement du message par les paroissiens, développement de la vie eucharistique et mariale de la paroisse à l'église St-Gilles, le Jubilé de l'an 2000 avec Notre-Dame de la Prière, le décret de Mgr Vingt-Trois le 8 décembre 2001 et la croissance du pèlerinage particulièrement le 8 décembre et le pèlerinage des Familles en mai ainsi que le passage des groupes et des individuels tout au long de l'année, la grande journée Famille Chrétienne en octobre 2003, le développement de la Maison de Chézelles et Marigny avec la Communauté de l'Emmanuel, le Colloque de mai 2004 sur le message de L'Ile-Bouchard, les Fraternités Notre-Dame de la Prière, servir Notre Dame de la Prière ensemble, l'esprit de famille en paroisse, une équipe de prêtres importante et variée, la foule pour le 60e anniversaire du pèlerinage le 8 déc 2007, un plus grand amour de l'Eglise, témoin de l'œuvre de Dieu dans les cœurs, la paix dans la main de Marie. Je repense souvent à la parole de Jésus « Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez ! » (Luc 10, 23). Merci Seigneur, merci Notre-Dame de la Prière, merci à chacun pour sa participation à la vie de l'Eglise et à la mission en ce coin de Touraine sous la conduite de Notre-Dame de la Prière première évangélisatrice ! Mon successeur, le Père Yves-Marie COUET, du diocèse de Rennes et membre de la Communauté de l'Emmanuel, connaît bien L'Ile-Bouchard et est très heureux de continuer la mission en ce lieu de grâces. Rendons grâce les uns avec les autres. « Dites à la foule qu'elle chante le Magnificat ! » Nous le chanterons dans la liturgie des vêpres cet après-midi !


II- LA GRACE DE LA FAMILLE

Un autre message de Notre-Dame de la Prière est sa promesse pour les familles : Je donnerai du bonheur dans les familles. Cette promesse de joie, d'amour, d’unité et de consolation, dans la grâce de la foi et de la prière s’accomplit pour tant de familles qui viennent se confier à Notre-Dame de la Prière. Et je voudrais dire aussi combien dans l’église paroissiale, la Vierge Marie destine aussi cette promesse à l’Eglise Famille de Dieu. Comme Mère de l’Eglise elle intercède particulièrement pour l’unité de l’Eglise. La paroisse est à vivre comme une famille diversifiée et rassemblée dans l’unité et le respect de forme variées d’expression et d’apostolats, de fraternités et de communautés comme autant de charismes de l’Esprit Saint pour l’édification de l’Eglise. Marie nous conduit dans la célébration de l’Eucharistie à accueillir Jésus qui fait de nous sa famille. Plus la communauté chrétienne respire la grâce de la foi, de la prière et de l’amour fraternel, plus elle se déploie comme famille missionnaire. Marie donne ici la joie du Oui, la joie de croire, la joie d'aimer, la joie de se donner, la joie de servir, la joie d'espérer, la grâce d'offrir les épreuves. C'est le déploiement de la promesse du bonheur en famille et en Eglise. Alors c'est attirant, motivant, dynamique, missionnaire !


III- LA CONSECRATION MARIALE BAPTISMALE

Un autre aspect du message de Notre-Dame de la Prière, est le renouvellement de notre vie de baptisés. Elle nous ré-apprend le beau et lent signe de la croix. Elle nous conduit à embrasser le crucifix de son chapelet. Nous sommes baptisés dans la mort du Christ pour participer à la vie nouvelle du ressuscité. Elle nous conduit à l’adoration de Jésus-Eucharistie et invite au rendez-vous quotidien de la prière jusqu’au dimanche Jour de l’Eucharistie. L’Eucharistie est la source et le sommet de la vie chrétienne et de l’évangélisation. Vierge de lumière elle nous rappelle que nous sommes enfants de lumière par le baptême, consacrés à Dieu par le baptême en Jésus-Christ. En cette solennité de l’Assomption fête patronale de la France, elle accueille la consécration de notre pays, nos paroisses, nos familles, et chacun de nous. Depuis la consécration que le roi Louis XIII fit de sa personne et du Royaume de France à la Vierge Marie en son Assomption en 1638, elle est la Patronne principale de la France assistée de Sainte Jeanne d'Arc et de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face. Et elle demande, à L'Ile-Bouchard, de prier pour la France. Elle intercède pour l'unité et la paix en Dieu pour notre pays, dans la famille des nations.

En ce jour de fête patronale pour notre pays, nous sommes invités chacun à renouveler notre consécration baptismale. Depuis notre baptême nous sommes consacrés au Seigneur, nous lui appartenons. Et nous avançons dans sa lumière sur le chemin de la sainteté, de grâce en grâce, de pardon en pardon. Notre consécration baptismale est un appel à devenir de plus en plus à la ressemblance de Jésus. Il nous appelle à devenir saints en lui par pure miséricorde. Selon la volonté personnelle de Jésus qui, à la croix, a dit au disciple bien-aimé: « voici ta mère ! » cette consécration baptismale doit être vécue par l’intercession de la Vierge Marie, notre Mère. C’est elle qui nous façonne et nous enfante à l’image de Jésus, c’est elle qui nous place dans le cœur de Jésus doux et humble. C’est tout le sens, en ce jour de fête patronale, de vivre de façon renouvelée une consécration à la Vierge Marie pour mieux vivre notre consécration baptismale. C’est ce que nous ferons cet après-midi en famille devant Notre-Dame de la Prière, au terme du chemin de prière avec le chapelet médité. Puissions-nous accueillir la Vierge Marie en famille pour mieux accueillir Jésus en famille, puissions-nous appartenir à Marie pour mieux appartenir à Jésus-Christ, puissions-nous servir Marie en famille pour mieux servir le Christ en famille. Que vienne le règne de Marie dans nos cœurs, nos familles, nos paroisses, la France, pour que vienne le règne du Christ dans nos cœurs, nos familles, nos paroisses et la France, pour un plus grand bonheur, pour le bonheur du Ciel, à la louange de la Gloire de la Sainte Trinité. AMEN.