L’église st Gilles de l’Ile-Bouchard

Deux dépliants ont été réalisés par le service des Monuments Historiques

Ils sont épuisés, mais vous pouvez les télécharger :

sur l’Architecture : RECTO à télécharger / VERSO à télécharger
sur le Mobilier : RECTO à téléchargerVERSO à télécharger

Fondation

Les débuts de la construction de ce qui fut d’abord le prieuré de SAINT-GILLES remontent aux environs de 1067-1069 (en même temps, sur la rive gauche, s’élevait le prieuré SAINT-LEONARD). Son fondateur BOUCHARD III, seigneur de L’ILE-BOUCHARD fit don du prieuré à l’Abbaye de NOYERS (sur la commune voisine de NOUATRE). C’est un serf de BOUCHARD de L’ILE, nommé GUILLAUME qui fit don du terrain (lieudit ESMANTIA), ce qui lui valut son affranchissement. La fondation du Prieuré fut approuvée par FOULQUES LE RECHIN, comte d’ANJOU, et BARTHELEMY de CHINON, archevêque de TOURS, qui bénit 3 pierres scellées dans les assises de l’église. BOUCHARD concède aux religieux de NOYERS les droits de viguerie (justice) et leur permet de créer une foire à la fête de SAINT-GILLES. L’Abbaye de NOYERS jouissait de la présentation au titre curial de la paroisse et le prieuré dépendant du monastère avait pour desservant un moine de l’ordre de SAINT-BENOIT.

Armoiries du Prieuré

“D’azur à un bâton de prieur, d’or, accosté des lettres S et G, de même” (figurent en bas à gauche du vitrail du chevet).

Curés

HUGUES (1233) – RAOUL DUBRET (1547) – FRANCOIS AMIRAULT (1696) – CHARLES FRANCOIS HUBERT (1790) – RAGNEAU curé constitutionnel (1793) – BIZIOU (1837)

Description

1) Façade ouest:
comprend le mur pignon de l’église primitive. La porte en plein cintre a trois voussures décorées de roses, de pommes de pin et de palmettes; un larmier échiqueté (divisé comme les cases d’un jeu d’échecs) souligne une fenêtre en plein cintre à 2 rouleaux. On retrouve cette même décoration des voussures à TAVANT et à SAINT-MEXME de CHINON.

2) Nef principale:
a subi de nombreuses restaurations. En 1880 la voûte de bois qui menaçait ruine a été remplacée par une voûte de briques. les arcades en plein cintre reliant le collatéral Nord à la nef ont été ouvertes à cette époque. Ce collatéral avait été ajouté peu après la construction de l’église. Ont été respectées les fenêtres en plein cintre circonscrites par une archivolte ornée de billettes ou de damiers.

3) Transept:
La croisée est couverte d’une coupole sur trompes. Les croisillons sont voûtés de berceaux en plein cintre. Le croisillon Nord est une chapelle construite au XVème et due à JEAN des ROCHES dont les armoiries sont à la clef de voûte: “Au chevron d’or, accompagné de deux étoiles de même en chef, et d’un croissant d’argent en pointe, brisé en chef d’un lambel à trois pendants.” JEAN des ROCHES était le premier mari de CATHERINE DE L’ILE qui épousa en 4ème noces GEORGES de la TREMOILLE, Grand Chambellan de CHARLES VII.

4) Choeur:
A chevet plat ajouté d’une grande baie à remplage flamboyant avec deux chapelles collatérales. Ces constructions ont remplacé vers 1450 le choeur du XIIème grâce aux dons du roi de FRANCE (CHARLES VII), LOUIS II de la TREMOILLE, TURPIN de CRISSE et des LAVAL-MONTMORENCY; les armoiries de ces donateurs figurent aux clefs de voûte.

– choeur: BOUCHARD de L’ILE: de gueules à 2 lions passants, d’Argent.
LA TREMOILLE: écartelé aux 1er et 4ème de la TREMOILLE qui est d’or, au chevron de gueules accompagné de trois aiglettes d’azur becquées et membrées de gueules, au 2ème d’or semé de fleurs de lis d’azur au franc quartier de gueules qui est THOUARS; au 3ème losange d’or et de gueules qui est CRAON, et sur le tout, de gueules, à deux léopards d’or, qui est L’ILE BOUCHARD.

– collatéral: TURPIN: losangé d’or et de gueules. MONTMORENCY-LAVAL: d’or, à la croix de gueules, chargées de cinq coquilles d’argent, cantonnée de 16 alérions d’azur.

– chapelle Nord: inscription funéraire de THOMAS FOUILLON curé de SAINT-GILLES mort en 1621; chapelle de la Vierge dite depuis décembre 1947, “Chapelle des Apparitions”.

-chapelle Sud : fragments de vitraux du 16ème. Restes d’une peinture murale représentant SAINT-CHRISTOPHE. Marque de crue datée du 16 juillet 1792.

– vitrail du chevet: dû à LEOPOLD LOBIN, fils du célèbre JULIEN LOBIN. Ce vitrail rappelle deux épisodes de la vie de SAINT-GILLES. Une biche chassée se réfugie auprès du Saint qui arrête la flèche destinée à l’animal. En “l’an 672, le roi VAMBA (WISIGOTHS D’ESPAGNE) accompagné de l’évêque AREGINS et de quelques officiers de sa cour offre à SAINT-GILLES, blessé à la main par un officier royal, la vallée Flavienne et une cassette d’or pour bâtir un monastère”. En bas, à droite, armoiries de L’ILE-BOUCHARD : “écartelé aux 1 et 4 de sinople, à la fasce d’or, aux 2 et 3, d’or à la bande de sinople.”

5) Cloches :
Le clocher d’accès très difficile, renferme 3 cloches datées de : 1741 (GILLES, ALEXIS, BARBE) classée Monument Historique; 1886 (JEAN, MARTIN, ANNE); 1889 (LAURENT, EUGENE, MARIE-THERESE).

6) Orgues : remises récemment en état.

7) Mobilier : le bénitier de l’entrée est une ancienne cuve baptismale.

8) Porte Nord : en plein cintre, sans tympan, cernée par un cordon orné de dents de scie, et de 2 demi-cercles qui se rabattent sur une sorte d’ellipse. Une tradition orale d’ailleurs très controversée, veut que JEANNE D’ARC soit entrée par cette porte près de laquelle était la “Pierre des morts” ou “Pierre d’attente”, qui précédemment, était posée horizontalement à cet endroit.

9) Mur extérieur du chevet : inscription dont seul le début est lisible “le pénultième jour de mars mil Dc XIIII avant Pasques fut par vénérable…”

Tourisme et Patrimoine
Cultuel et Culturel

15 août 2019

La solennité de l’Assomption de la Vierge Marie a débuté le 14 août 2019, par la procession aux flambeaux de l’église saint...

Travaux du clocher