Les 4 fillettes de 1947

Elles sont les principales témoins du 8 au 14 décembre 1947. Elles déclarent voir une belle Dame dans l’église Saint Gilles.

Jacqueline AUBRY a été rappelée à Dieu le 15 mars 2016. Sa sépulture a été célébrée le 19 mars 2016, solennité de saint Joseph, époux de Marie.

Vidéo hommage

Revue de presse

Retrouvez tous les articles publiés à cette occasion.

Son décès

Mademoiselle Jacqueline Aubry a été rappelée à Dieu le 15 mars 2016, à l’âge de 80 ans, à l’hôpital de St-Benoît-La-Forêt (37), entourée de la prière de ses proches.

Entrée dans le grand âge et atteinte de la maladie « à corps de Léwy », apparentée à la maladie d’Alzheimer, elle résidait à la maison de retraite de Saint-Louans sur la commune de Chinon depuis 2015, accueillie par les sœurs Augustines.

Chapelle ardente

Les paroissiens et les pèlerins ont été nombreux à se recueillir dans une chapelle ardente, dans la chapelle d’Adoration, jeudi 17 mars et vendredi 18 mars de 9h à 11h (messe à l’église à 11h15) et de 14h à 18h15 (messe à l’église à 18h30).

Sépulture

Après une veillée de Prière vendredi 18 mars 2016 à 20h30 à l’Accueil Notre-Dame, sa sépulture a été célébrée en l’église Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard, samedi 19 mars 2016 à 15h, solennité de saint Joseph époux de Marie. En raison de l’affluence, une retransmission vidéo a été organisée à l’Accueil Notre-Dame et dans la cour du presbytère sur écran géant.

Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, archevêque de Tours, a présidé la célébration et donné l’homélie.

Retrouver l’homélie de Mgr Aubertin en PDF.

L’inhumation au cimetière Saint-Gilles a ensuite été présidée par Dom Antoine Forgeot, père abbé émérite de l’abbaye de Fontgombault. A l’issue, un verre de l’amitié a été proposé à la Maison d’accueil Marigny  à L’Ile-Bouchard.

Messe de Trentain

Présidée par Dom Jean Pateau, père abbé de l’abbaye de Fontgombault vendredi 15 avril 2016 à 11h15 en l’église Saint-Gilles.

Premier anniversaire du départ au ciel

Biographie de Jacqueline Aubry

Jacqueline Aubry est née le 28 septembre 1935 à L’Ile-Bouchard (Indre-et-Loire). Ses parents, Marcel Aubry et Madeleine Robin, mariés en 1928, tiennent une pâtisserie au 16 de la rue Gambetta. Jacqueline a un frère aîné, Jacques (1933-1997) et une sœur plus jeune, Jeannette (1940-2011). La mère travaillant, une voisine, Mlle Grandin, emmène en promenade les petits Aubry. C’est elle qui apprendra à Jacqueline à réciter le Je vous salue Marie.

M. et Mme Aubry ne pratiquent pas, mais ils envoient leurs filles à l’école primaire tenue par les Sœurs de Jeanne Delanoue, rue de Beauvais, et au catéchisme à la paroisse. Jacqueline obtient son certificat d’étude en 1949, puis apprend la couture.

En 1951, Monsieur Aubry meurt d’un cancer et Madame Aubry, après avoir mis la pâtisserie en location, s’installe à Tours avec ses enfants. Jacqueline travaille quelques temps dans une boutique d’objets d’art puis, grâce à une religieuse qui aide sa famille, elle prépare le brevet élémentaire et devient institutrice. Elle enseignera à l’Institut Saint-Saturnin, rue des Tanneurs, puis à l’école Sainte-Agnès sur la paroisse Notre-Dame-la-Riche. Ses dons pédagogiques lui vaudront une appréciation élogieuse de l’inspecteur. Très aimée des enfants, elle éveille chez plusieurs d’entre eux une vocation sacerdotale ou religieuse. À la suite de problèmes de santé, elle prend sa retraite en 1992 et revient habiter L’Ile-Bouchard.

Au-delà de ces faits extérieurs, la vie de Jacqueline Aubry a été profondément marquée par les événements survenus à L’Ile-Bouchard en 1947, alors qu’elle avait 12 ans.

Rappelons que le 8 décembre 1947 à 13 heures, encouragées par les religieuses de l’école, Jacqueline, sa sœur Jeannette et sa cousine Nicole entrèrent prier dans l’église Saint-Gilles. C’est là qu’elles virent toutes les trois « une belle Dame » dans l’angle de la chapelle de la Sainte-Vierge. Ce fut le début d’une semaine d’apparitions quotidiennes durant lesquelles celle qui se présenta comme leur « Maman du ciel » invita les enfants à « prier pour la France qui en a grand besoin ». Depuis, les pèlerinages à Notre-Dame de la Prière n’ont cessé de se développer.

Jacqueline, elle, est restée discrète au point qu’il est arrivé fréquemment à des pèlerins de la rencontrer dans l’église Saint-Gilles, en train de faire les bouquets ou le ménage. Elle ne se faisait pas reconnaître, même si on lui demandait où était Jacqueline Aubry ! Par sa participation à la messe quotidienne et au chapelet, par son intercession pour les intentions qu’on lui confiait, elle a vécu fidèlement l’invitation de la Vierge Marie à prier.

En 1998, elle est entrée dans la Communauté de l’Emmanuel, où, à son habitude, elle est restée discrète.

Obéissante à l’Église, elle acceptait de donner le témoignage des apparitions de 1947, qu’elle avait le don de raconter comme si elle venait juste de vivre ces événements. Ne ramenant rien à elle-même, elle éveillait chez ses auditeurs le goût de la prière et l’amour de la Vierge Marie.

deces-jacqueline-aubry-ile-bouchard-Mars-2016

Témoignage du Curé de L’Ile-Bouchard en 2016 sur la sépulture

Carte prière Jacqueline Aubry RECTO

Quelques mots du curé au soir de l’enciellement de notre Jacqueline :

D’abord merci pour vos prières, pour vos mots d’encouragements, pour vos témoignages. Beaucoup d’émotion et beaucoup de travail !

Hier soir, 120 à 150 personnes pour la veillée avec Marie. Simple et belle : Chapelet (textes des mystères joyeux écrits par Jacqueline) entrecoupé de litanies, évangile de l’Annonciation, homélie du père Bernard Peyrouys (FIAT – STABAT -MAGNIFICAT)

A 9h ce matin, aucun son à l’Accueil Notre-Dame et dans la cour du presbytère pour le grand écran… Signé le toto d’en bas. 12h15 cela marchait ! Nan mais ! 3h15 de travail… au lieu de prier devant Jacqueline, à offrir…

A partir de 13h, joie de commencer à accueillir les pèlerins à st Gilles, jusque 14h30, chapelet, chants, témoignages. J’ai passé le micro pour lire les témoignages avant la messe, car je n’y serai pas arrivé !

Foule heureuse de rendre grâce pour Jacqueline et de prier pour elle. Estimation : 1000 personnes : 500 église st Gilles, 400 Accueil Notre-Dame et 100 dans la cour du presbytère.

14h45 Célébration de l’adieu au visage, dans la chapelle d’adoration transformée en chapelle ardente (des centaines de priants en 3 jours). Mgr Le Saux a voilé le visage de Jacqueline avec un corporal, avec une prière émouvante.

Paix et même joie tout au long de la célébration avec une apothéose pendant le Magnificat final, cette prière que Notre-Dame de la Prière a dit tant aimer.
Chants du carnet vert, magnifiques (comme d’hab, c’est comme cela tous les dimanches chez nous !) , avec organiste au sommet de son art, et trompette (ce morceau orgue et trompette restera dans mes oreilles).

Notre évêque Mgr Bernard-Nicolas Aubertin, heureux d’être présent, alors qu’il rentre d’une semaine de conférence épiscopale à Lourdes et avant la Sainte Grande Semaine. Belle homélie à écouter sur notre chaine soundcloud !

Accompagné de :

Mgr Yves Le Saux évêque du Mans
Mgr Albert de Montléon ancien évêque de Meaux
Dom Jean Pateau Père abbé de Fontgombault
Dom Antoine Forgeot ancien Père abbé de Fontgombault
Frère Jean-François Croizé, Prieur de La Cotellerie (Mayenne)
Père Chrisrtophe Raimbault, vicaire général de Tours
Père Dominique-Marie David, responsable des prêtres de l’Emmanuel
Père Xavier Malle, curé des lieux
>>> Au total une trentaine de prêtres, dont 3 évêques, 2 pères abbés et 1 prieur.

Qui a porté le cercueil ?
(On n’allait quand même pas la rouler !)
>> Entrée :
Marc Charpy
Père Pierre Afonso (ancien curé)
Laurent Landete, modérateur de la Communauté de l’Emmanuel et ses 3 prédécesseurs, Gérald Arbola, Markus Ghélen, Dominique Vermersch
>> Sortie + Cimetière :
Mr Rouxel, un des 18 filleuls de Jacqueline
Claude Carboulec, paroissiens membre de l’EAP
Bernard de Nouel, paroissiens membre de l’EAP
Philippe Dezaunay, paroissien responsable de la Liturgie avec son épouse
Père Bernard Peyrous, historien membre de la commission 2001
Père Josselin Scherr, vicaire à L’Ile-Bouchard

A noter, la présence de Martine Catta, cofondatrice de la Cté de l’Emmanuel, d’un commandant de gendarmerie, d’un colonel de l’armée de l’air, d’un ancien préfet d’Indre-et-Loire, de Nadège Arnault, notre conseillère départementale, etc…

A noter également la présence des congrégations religieuses qui ont toujours soutenue Jacqueline :
Sœurs Augustines de St Louan (près de Chinon) qui l’ont accueillie pendant sa maladie depuis quelques mois,
Sœurs de Jeanne Delanoue (Saumur), qui tenaient l’école catho de L’Ile-B,
Frères et Sœurs de la Cottellerie (Mayenne),
Frères et Sœurs de St Jean
Consacrées de l’Emmanuel

Pour continuer à prier, voici justement la Prière Universelle écrite par les 3 sœurs consacrées de l’Emmanuel en mission à L’Ile-Bouchard ; les traits et prières de Jacqueline sont faciles à repérer !

  • Demandons au Seigneur la simplicité du cœur pour nous adresser à lui comme à un père
  • Demandons au Seigneur un grand amour de l’Église ; que chacun trouve en elle le moyen d’avancer vers lui
  • Demandons au Seigneur pour tous les enfants des éducateurs qui leur permettront de le connaître et de l’aimer
  • Demandons au Seigneur que chaque famille trouve l’unité dont elle a besoin pour témoigner de son amour
  • Demandons au Seigneur pour les consacrés de trouver le soutien nécessaire pour réaliser son projet sur eux
  • Demandons au Seigneur pour notre pays une grâce de réconciliation et de paix

L’enterrement au cimetière fut présidé par Dom Antoine Forgeot, l’abbaye de Fontgombault ayant beaucoup compté pour Jacqueline, avec une foule nombreuse (on a finalement choisi d’accueillir tout le monde et non dans l’intimité, car notre cimetière est grand).

Grand merci à tous les paroissiens, amis de Notre-Dame de la Prière et membres de l’Emmanuel qui ont travaillé dur depuis quelques jours. Que de dévouements, signe de la place de notre défunte dans nos cœurs.

Maintenant Jacqueline poursuit sa mission. D’une autre manière. Elle nous “regarde de la fenêtre du Ciel” (citation de Benoît XVI à propos de Jean-Paul II).
On est quand même un peu orphelins. Sa place à l’église…

Carte prière Jacqueline Aubry VERSO

Nicole Robin, la petite cousine des sœurs Aubry, s’est mariée et a eu des enfants. Elle est décédée le 21 novembre 2018.

Laura Croizon, fille d’un réfugié républicain espagnol, s’est mariée et a eu des enfants. Elle est décédée la veille de Noël 1999 des suites du diabète.

Jeannette Aubry rejoint Marie le 2 décembre 2011
Samedi 3 décembre 2011 – Communiqué de presse

L’Ile-Bouchard, décès de Jeannette Aubry
Vendredi 2 décembre vers 16h00, Jeannette Aubry est retournée à Dieu très paisiblement entourée d’un ami prêtre et de sa sœur Jacqueline. C’était le premier vendredi du mois, jour de prière au Cœur de Jésus pour les catholiques, dans la neuvaine préparatoire à la fête de l’Immaculée Conception.
Jeannette avait 7 ans lors des événements qui se sont déroulés à L’Ile-Bouchard du 8 au 14 décembre 1947. C’était la plus jeune des quatre petites filles.
Ambulancière puis informaticienne, elle était revenue à l’Ile-Bouchard pour sa retraite, aimant soigner les moutons.
Nous la confions à l’intercession de Notre Dame de la Prière et ne doutons pas qu’elle va rejoindre sa «maman du Ciel» ainsi que son « beau ange ».
Les obsèques auront lieu le mercredi 7 décembre à 14h30 à l’église Saint Gilles de L’Ile-Bouchard.
Nous prierons également pour elle à l’occasion du grand pèlerinage annuel, jeudi 8 décembre (Messes à 11h00 et 18h30, veillée à 20h45).
Père Xavier Malle, curé de la paroisse/sanctuaire de l’Ile-Bouchard.

Article de la Nouvelle République le 5 décembre 2011

Avec un beau titre : Jeannette Aubry rejoint Marie.

La messe de funérailles le 7 décembre 2011

Elle fut présidée par le TRP Abbé Dom Antoine Forgeot, père abbé émérite de l’abbaye bénédictine de Fontgombault

Le mot d’accueil du père Abbé

L’homélie fut donnée par le père Bernard Gloux, vicaire à l’Ile-Bouchard et amie de la défunte.

L’homélie du père Gloux

La feuille de chant pour la sépulture de Jeannette Aubry.