Robert Schuman, Instrument de la Providence

Si, en décembre 1947, « la Sainte Vierge a sauvé la France à la prière des petits enfants » (comme l’avait prédit Marthe Robin le matin même du 8 décembre), notre patronne principale s’est servie de plusieurs intermédiaires humains. L’un d’eux fut certainement Robert Schuman (1886-1963).

schuman

Entré dans l’Histoire et davantage connu à cause de son rôle dans la construction de l’Europe, il était, ne l’oublions pas, Président du Conseil lors des événements de L’Ile-Bouchard.

En 2013, nous avons fêté le cinquantenaire de sa mort, lui qui fut un des rares hommes politiques dont l’engagement et les décisions furent directement inspirés de sa foi chrétienne. Son unique souci était de faire la volonté de Dieu et d’être disponible à l’Esprit-Saint. Sa cause de canonisation a été introduite par Mgr Raffin, évêque de Metz, en 1990, le procès diocésain a été clôturé en 2004 et le dossier est actuellement à Rome.

Portrait de Robert Schuman

Bibliographie sur Robert Schuman

Documentaire de KTO pour les 50 ans de la mort de Robert Schuman

Nota bene : On y parle de L’Ile-Bouchard à partir de 25’39. Robert Schuman a temporisé un jour au moment des évènements de L’Ile-Bouchard pour envoyer l’armée… (voir à 26′).

Le passage de Schuman à la tête du gouvernement français fut d’à peine un an,  ce qui était courant sous la IVe République. Appelé par le Président de la République Vincent Auriol après la démission de Paul Ramadier, Robert Schuman se présenta le 22 novembre 1947, en pleines grèves insurrectionnelles, pour l’investiture de l’Assemblée. Il dut immédiatement faire face à de violentes attaques de la part du parti communiste. Face à l’agitation, il lança avec calme et autorité un appel pour « sauver la République », accompagné d’un programme qui lui rallia une confortable majorité. Mais ses opposants ne désarmaient pas et lorsqu’il présenta son nouveau gouvernement devant l’Assemblée, le 29 novembre, il fut insulté de toutes parts. Schuman ne répliqua pas mais le 1er décembre, de nouveau affronté à l’hostilité des communistes au Conseil de la République, il se défendit avec calme et mesure. Son attitude contribua à renforcer la cohésion de sa majorité. Il sut affirmer l’autorité de l’Etat, ce qui était particulièrement important en ces temps troublés. La crise sociale amorça une rapide décrue et l’ordre revint dans le pays, sans effusion de sang. Rien n’aurait pu laisser prévoir que Robert Schuman serait l’homme de la situation : timide et réservé, il était souvent considéré comme faible.

Jean-Marie Pelt, scientifique de renom, a bien connu Robert Schuman, Lorrain comme lui. Interviewé récemment par Étienne Séguier (http://www.lavie.fr/hebdo/2011/3453/robert-schuman-la-charite-en-politique-28-10-2011-21394_260.php) il déclare à propos de l’homme politique : « La prière occupait une place centrale dans sa vie. Elle a été essentielle pour lui lors des grèves de 1947. Le pays était totalement paralysé. Robert Schuman présidait le Conseil, mais il ne savait plus trop comment agir. Le 8 décembre, il trouve tout de même la force de formuler un discours vigoureux à l’Assemblée qui a permis de trouver une issue à la crise. Quelques années plus tard, il a appris que la Vierge était apparue ce 8 décembre 1947 aux enfants à l’Ile-Bouchard en Indre-et-Loire, et leur avait dit : « Priez pour la France qui en a grand besoin ». Il y voyait plus qu’une coïncidence. »

Si les archives de Robert Schuman ne gardent aucune trace du fait que l’homme politique ait entendu parler de L’Ile-Bouchard, il est certain qu’il a été l’homme de la Providence pour le règlement de la crise sociale de 1947. A cette occasion, Robert Schuman fut visiblement – et la Vierge Marie n’y est sûrement pas étrangère – habité par les dons de l’Esprit : conseil, sagesse et force.

NB : Robert Schuman n’est pas encore déclaré saint par l’Eglise, et en le classant parmi les “saints de L’Ile-Bouchard”, nous n’entendons pas préjuger de la position de l’Eglise.

Mais sa cause de canonisation étant enclenchée à Rome, on peut déjà le prier. Il faut même lui demander un miracle… pour notre pays.

schuman

Pour aller plus loin sur Robert Schuman

  • Conférence “Grands témoins de l’Année de la Foi” : Robert Schuman, la foi d’un politique, dimanche 27 janvier à 14h30 à l’Accueil Notre-Dame de l’Ile-Bouchard, par Jacques Paragon, président de l’Institut St Benoît.
    MP3 à écouter ICI.   PDF à télécharger ici.
  • Article sur la vie de Robert Schuman, par le père Jacques MARIN, Diocèse de Nancy, membre de l’Institut St Benoît : à télécharger ICI.
  • Le site internet de l’Institut Saint Benoît, chargé de la cause de béatification de Robert Schuman : http://www.robert-schuman.com
  • Conférence de Jean-Marie PELT, ancien secrétaire de Robert Schuman, sur R. Schuman : “1947 – Il a tenu.”, lors du colloque à Metz le 7 septembre 2013. MP3 à écouter ICI

 Portrait de Robert Schuman

(1886-1963)

Catholique mosellan disparu il y a 50 ans, connu pour être le père de l’Europe, il a reçu son engagement politique comme une vocation.

schuman

Portrait par le P. Brice Petitjean du Diocèse de Metz,

dans le mensuel IlestVivant! d’octobre 2013, avec leur aimable autorisation.

En dates
  • 1886 Naissance à Luxembourg
  • 1947 Président du Conseil
  • 1948 Ministre des affaires étrangères
  • 9 mai 1950 Déclaration annonçant la fondation de la CECA
  • 1958 Président de l’Assemblée européenne
  • 4 septembre 1963 Dies Natalis.

schuman

Catholique mosellan, comme il aimait à se définir, le petit Robert a grandi dans la foi au contact de sa très pieuse maman, qui lui transmit une profonde vénération pour la Vierge Marie : si bien que plus tard, député, ministre ou chef de Gouvernement, il ne commencera jamais une journée sans prier le chapelet.

La Providence a fait naître Robert Schuman au carrefour de l’Europe, à Luxembourg en 1886. Il fut dès son plus jeune âge plongé dans un brassage culturel et linguistique : résidant à Luxembourg, de nationalité allemande par son père mosellan (la Moselle est alors annexée à l’Empire allemand), et de culture française dans la vie de famille. Pourtant très tôt Robert trouvera son identité dans cette terre de Moselle d’où il tire ses racines. C’est ainsi qu’au moment de faire le choix de ses études, il décidera de s’inscrire à Metz en 1903 pour débuter un cursus de droit, et ainsi fréquenter les plus grandes universités allemandes : Bonn, Munich, Vienne, Berlin et finalement Strasbourg. À la fin de ses études à l’âge de 26 ans, il sera le tout premier Mosellan de formation juridique allemande à pouvoir s’installer comme avocat à Metz.

C’est dans ce contexte d’ouverture culturelle que la Providence a préparé le jeune Robert Schuman à jouer trois rôles majeurs dans l’histoire, respectivement au niveau régional, national et international.

La réintégration de l’Alsace-Moselle

En 1914 lorsqu’éclate la guerre il est incorporé comme soldat allemand, mais vu son niveau d’étude, on lui donne des responsabilités, qui lui permettent de quitter l’uniforme. Il reste à Metz toute la guerre au milieu des Mosellans, si bien qu’en 1918, alors que l’Alsace-Moselle redevient française après presque 50 années sous régime allemand, Robert Schuman devient un homme providentiel : Mgr Benzler, l’évêque allemand de Metz, l’encourage à s’engager en politique et il est élu en 1919, à l’âge de 33 ans, député de la Moselle. Son premier mandat, il va le passer avec les autres députés alsaciens et mosellans, nouvellement revenus à l’Assemblée nationale, à défendre le particularisme hérité de l’Annexion : il va lutter pour le maintien du Concordat supprimé en France par les lois de séparation de l’Église et de l’État de 1905, et pour les nombreuses avancées sociales et juridiques héritées du système allemand, ce qui vaut à l’Alsace-Moselle encore aujourd’hui un droit local particulier.

La seconde guerre mondiale

En mai 1940, en pleine guerre, Robert Schuman est nommé sous-secrétaire d’État pour les réfugiés pour 40 jours ; reconduit dans ses fonctions le 16 juin dans le gouvernement Pétain sans avoir été consulté, il démissionna deux jours plus tard. Mais à la fin de la guerre, à l’heure où l’épuration fait rage, ses détracteurs n’ont aucun mal à faire déclarer Robert Schuman “indigne et inéligible”. Pourtant l’ancien député ne se laisse pas impressionner par cette injustice, convaincu de servir par son engagement le bien commun de son peuple. Sentant qu’on cherche à le « neutraliser » dans le MRP dont il était membre avant-guerre, et avant même d’être relevé de son inéligibilité, il fonde avec un ami le Rassemblement Démocratique en Moselle (RDM). Grâce à une alliance RDM – MRP, bien que non voulue par Paris, Robert Schuman retrouve son siège parmi les démocrates chrétiens lors de l’élection à l’Assemblée constituante de 1945.

La crise insurrectionnelle de 1947

« Les finances sont insensibles à toute idéologie, à toute rêverie, dans le budget d’un État comme dans celui d’une famille. » Son pragmatisme, sa détermination, tout autant que son sérieux font remarquer cet homme discret de la classe politique d’après-guerre. À partir de 1947 il est nommé à des fonctions ministérielles dans un contexte politique instable et dans une situation économique et sociale des plus tendues : d’abord ministre des finances, il est nommé en novembre 1947, en pleines grèves insurrectionnelles, président du Conseil. Alors que les mouvements de grèves bloquent le pays et appellent à la révolution, Robert Schuman reste décidé à ne pas céder : accusé d’être « un boche » par les députés communistes, critiqué de toute part lors de la présentation de son gouvernement, il ne réplique pas mais affirme avec calme et fermeté l’autorité de l’État. Le 8 décembre, il prononce un discours vigoureux à l’Assemblée nationale : le lendemain les grèves cessent partout en France. Quelques années plus tard il apprendra que ce même 8 décembre 1947, la Vierge était apparue à des enfants à l’Ile-Bouchard et leur avait demandé : « Priez pour la France qui en a grand besoin. »

La réconciliation franco-allemande

En 1948, sitôt au ministère des Affaires étrangères, il entreprend avec l’Allemagne une politique de réconciliation, avec une vision claire de la situation : Schuman sait que la RFA ne retombera pas dans le nationalisme si elle est associée à l’Europe par des liens contractuels sauvegardant ses intérêts. L’occasion se présente dans un conflit : alors que la RFA revendique le contrôle des productions sidérurgiques et minières de la Ruhr, placées alors sous contrôle international, émerge chez Robert Schuman et Jean Monnet, commissaire au plan, le projet d’un partenariat plaçant la production franco-allemande de charbon et d’acier sous une autorité commune. Ainsi toute guerre entre la France et l’Allemagne devient non seulement impensable mais matériellement impossible. Robert Schuman est conscient qu’un tel projet, cinq ans après la fin de la guerre, est une véritable bombe politique, dans un pays encore meurtri par l’occupation. C’est pourquoi le projet de déclaration est demeuré secret. Après s’être assuré du soutien du chancelier Adenauer, Schuman convoque la presse le 9 mai 1950 à 18 heures au quai d’Orsay : l’heure tardive et le fait que rien n’ait filtré laissent attendre une déclaration importante. L’effet de surprise est effectivement retentissant dans la presse nationale et internationale qui parle dès le lendemain d’une « initiative révolutionnaire ». La déclaration Schuman devient en effet la première pierre de l’édifice européen.

Cet homme bon et discret, qualifié de « faible » par ses détracteurs politiques, aura ainsi marqué non seulement l’histoire de France mais celle de toute l’Europe : il a simplement accepté d’être ce vase d’argile placé par la Providence dans la tourmente de son époque, pour laisser éclater la puissance extraordinaire de Dieu.

Télécharger le PDF de l’article du mensuel Il est Vivant ! d’octobre 2013.

 Bibliographie sur Robert Schuman

• Pour l’Europe
Robert Schuman, Éditions Nagel
réédité en 2000.

schuman
René Lejeune, Robert Schuman, un père pour l’Europe, Editions de l’Emmanuel 2013.

• Robert Schuman
Un père pour l’Europe
René Lejeune, première édition, Éditions du Jubilé,
2000. Nouvelle édition, Éditions de l’Emmanuel, 2013.

• Prier 15 jours avec Robert Schuman
Paul-D. Masiclat Nouvelle Cité, 2010.

15 août 2019

La solennité de l’Assomption de la Vierge Marie a débuté le 14 août 2019, par la procession aux flambeaux de l’église saint...

Travaux du clocher

Passage de Jeanne D’Arc à L’Ile Bouchard

Un texte de chapo

La paroisse/sanctuaire de l’Ile-Bouchard s’enorgueillit de compter ste Jeanne d’Arc parmi ses figures spirituelles.

Comment ne pas y voir une coïncidence avec l’invitation à prier pour la France faite en 1947 dans l’église St Gilles, en ce lieu où le 6 mars 1429, selon une tradition bien établie, Jeanne d’Arc, allant rencontrer le roi Charles VII à Chinon, est entrée par la porte qui porte maintenant le nom de porte J. d’Arc, et y a entendu la Messe.

J arc IMG_0802L

2012, année Jeanne d’arc, en mémoire du 600ème anniversaire de sa naissance

En 2012, à l’occasion du 600ème anniversaire de sa naissance, l’association «La Route de l’Europe Chrétienne», présidée par Mr Robert Mestalan, a offert à l’église st Gilles un bas relief, véritable oeuvre d’art. Il a été bénit le 30 mai 2012.

Le bas relief de Jeanne d’Arc

Le bas relief est l’oeuvre de Pascal Beauvais 19520 CUBLAC. www.pascalbeauvais@orange.fr

En pierre de Chauvigny, il mesure 80 cm de largeur x 160 cm de hauteur x 8 cm d’épaisseur et pèse environ 150 kg.

Il représente Jeanne en armure, dessin établi d’après une miniature du 15ème siècle des Archives Nationales. Jeanne est en buste, elle porte l’épée et son oriflamme.

Inscriptions sur le bas relief :

Ste Jeanne d’Arc 1412 – 1431

« Le 6 mars 1429, selon une tradition bien établie, Jeanne d’Arc, allant rencontrer le roi Charles VII à Chinon, est entrée dans l’église St Gilles par ce portail et y a entendu la messe.»

Logo de l’association La Route de l’Europe Chrétienne

30 mai 2012 – en l’année du 600ème anniversaire de la naissance de Jeanne d’Arc le 6 janvier 1412

Pourquoi cette date du 30 mai ?

Si Jeanne d’Arc est fêtée par la République Française le deuxième dimanche de mai, fête nationale de Jeanne d’Arc et du patriotisme (loi du 10 juillet 1920); la date de Sainte Jeanne d’Arc fixée par le martyrologe de l’Église catholique est le 30 mai date anniversaire de sa naissance au ciel (c’est à dire de sa mort) en 1431.

La messe commémorative.

Télécharger l’homélie ICI.

La conférence sur Jeanne d’Arc et L’Ile-Bouchard

« L’Ile- Bouchard, Jeanne d’Arc et Saint Martin, ou Mystère de l’Espérance, au cœur de l’histoire de la Touraine, de la France et de l’Europe. » par l’abbé Geoffroy Huyghues Despointes, Communauté Emmanuel. A télécharger ICI.

Magnifique documentaire de KTO sur Jeanne d’Arc

15 août 2019

La solennité de l’Assomption de la Vierge Marie a débuté le 14 août 2019, par la procession aux flambeaux de l’église saint...

Travaux du clocher