Les autres messages

« Dites à la foule de chanter le Magnificat. »

Le 9 décembre, la robe de la Belle Dame présente une inscription gravée sur la poitrine, en partie cachée par ses mains jointes… Les enfants ne comprennent pas ce mot mystérieux, dont ils ne voient que quelques lettres : MA… CAT.  Il se révèlera trois jours plus tard aux yeux des fillettes : Magnificat !

Le Magnificat de Marie accompagne ainsi sa demande de prier pour la France. D’abord caché, il se laisse voir par les enfants le 12 décembre. La crise que traversait la France s’est brusquement apaisée trois jours plus tôt. Le pire a été évité : Magnificat ! Gravé en lettres capitales dorées, ce simple mot dit l’action de grâce de la Vierge Marie pour les merveilles de Dieu.

« Mon âme exalte le Seigneur… » Le dernier jour, le 14 décembre, la Belle Dame fera cette demande aux fillettes : « Dites à la foule de chanter le Magnificat ». Et quand l’assemblée l’entonne, la Dame lève les yeux au ciel, le visage illuminé d’un sourire, rayonnant d’un bonheur profond : le Christ a exaucé la prière des enfants, il a manifesté son salut.

« Chantez le Je vous salue Marie, ce cantique que j’aime bien »

La Belle Dame ne se contente pas de demander aux enfants de prier. Elle prie avec eux et leur apprend à prier. Notre-Dame de la Prière se révèle une véritable éducatrice à la prière simple et confiante, appuyée sur les prières traditionnelles de l’Église. Le premier d’entre eux, qu’elle invite sans cesse à dire ou à chanter, c’est le « Je vous salue Marie ».

C’est le 9 décembre que la Belle Dame fait cette demande aux fillettes : « Chantez le Je vous salue Marie, ce cantique que j’aime bien. » Par la suite, ses rencontres avec les enfants commenceront toujours par la même invitation à chanter ou à réciter le Je vous salue Marie. La mélodie de ce cantique avait été composée à l’occasion d’une mission paroissiale au Carême 1947.

Selon les jours, cette première prière est suivie d’une dizaine de chapelet, puis de plusieurs… L’apprentissage de la prière se fait par étapes. À L’Ile-Bouchard, Marie nous enseigne à prier le chapelet. C’est une prière simple et accessible, vivante et confiante.