Actualités des Paroisses Ile-Bouchard & Richelieu

Première assemblée interparoissiale

Mardi soir dernier (10 avril), en l'église saint Vincent de la Tour Saint Gelin, a eu lieu la première assemblée interparoissiale Notre Dame en Bouchardais et Saint Vincent de Paul de Richelieu.

Après une louange vers le Seigneur, Le Père Philippe Marot a d’abord voulu rendre grâce pour le bon fonctionnement des deux paroisses, largement dû à l’engagement des chrétiens présents ce soir là. Il a ensuite fait part de son questionnement sur la difficulté qu’il porte pour assumer sa charge de curé sur deux paroisses si distinctes, gérer sur un même lieu un sanctuaire et une paroisse, enfin rassembler le peuple de Dieu avec 4 messes le dimanche et de nombreux villages.

Cette recherche de cohérence pour construire le projet pastoral s’est fait à la lumière de la nouvelle exhortation apostolique du Pape François sur « l’appel à la sainteté dans le monde contemporain »: un chemin qui passe par une église diverse loin d’être une “pompe à essence” où chacun vient se servir, mais une paroisse évangélisatrice car tournée vers le Christ, avec des prêtres vivant des grâces de la Communauté de l’Emmanuel.

Puis nous avons eu la surprise de se retrouver en groupes de six personnes autour d’une question “quelle est votre joie de connaitre le Christ?, qui est Jésus pour vous?”: la beauté et la profondeur de ces échanges ont édifie les uns et les autres avant l’adoration du Saint Sacrement.

Au moins deux autres assemblées suivront, pour se mettre en route à la lumière du projet pastoral.

FDL

Edito du père Philippe Marot  (IBC – mai 2018)

En route vers un projet pastoral

Comme vous devez vous en douter, je reviens sur l’assemblée interparoissiale qui s’est déroulée le mardi 10 avril dernier. Je tiens tout d’abord à vous remercier de votre présence. Les retours sont très variés : très heureux pour certains, très déçus ou incompréhension pour d’autres… Cela peut prouver mon manque de pédagogie, mais surtout combien, pour avancer ensemble, cela demande du temps ! Pour ne laisser personne sur le bord de la route. Mon désir est que tous puissent vivre une conversion pastorale. La question n’est pas de bien gérer la paroisse, car c’est déjà le cas, grâce à votre investissement dans différents services. La question est comment nous pouvons rejoindre les personnes qui ne connaissent pas le Christ, les aider à faire la rencontre du Christ pour être ensuite missionnaires auprès de leurs contemporains ?

La première réunion était là pour redonner l’objectif. En effet, avant de faire, il faut redonner du sens et c’est très bien rappelé par le pape François dans les exhortations « la joie de l’évangile » et dans la dernière sur la sainteté. Cela veut dire qu’avant d’arriver à un projet concret, cela va demander de travailler ensemble et donc de faire plusieurs réunions. Plus tard, viendra le temps où nous pourrons faire le bilan des actions déjà menées pour les accueillir de façon renouvelée dans un nouveau projet. Pour le moment, je vous propose de nous retrouver le dimanche 10 juin de 17h00 à 18h30 à L’Ile-Bouchard. Nous avons choisi un dimanche pour peut-être faciliter la venue des familles. Le meilleur moyen de ne pas être déçu est de venir sans idée préconçue sur ce qu’il va se passer. Suis-je prêt à me laisser surprendre ? Ensuite n’oublions pas que nous avons à prier et à implorer le Seigneur de nous éclairer. Soyons attentifs à tous ceux qui ne viennent pas à l’église, à tous ceux qui ne sont pas baptisés… A tous ceux à qui le Christ veut s’adresser. Il a besoin de nous pour les rejoindre. Continuons à travailler notre manière de témoigner de notre joie à connaître le Christ et demandons un zèle renouvelé pour l’annoncer.

« Le messager n’est pas plus grand que celui qui l’envoie »

L’Église « en sortie » est la communauté des disciples missionnaires qui prennent l’initiative, qui s’impliquent, qui accompagnent, qui portent des fruits et qui fêtent… La communauté évangélisatrice fait l’expérience que le Seigneur a pris l’initiative, il l’a précédée dans l’amour (1Jn 4,19). Et en raison de cela, elle sait aller de l’avant, elle sait prendre l’initiative sans crainte, aller à la rencontre, chercher ceux qui sont loin et arriver aux croisées des chemins pour inviter les exclus (Lc 14,23). Pour avoir fait l’expérience de la miséricorde du Père et sa force de diffusion, elle vit un désir inépuisable d’offrir la miséricorde. Osons un peu plus prendre l’initiative !

En conséquence, l’Église sait « s’impliquer ». Jésus a lavé les pieds de ses disciples. Le Seigneur s’implique et implique les siens, en se mettant à genoux devant les autres pour les laver. Mais tout de suite après il dit à ses disciples : « Heureux êtes vous, si vous le mettez en pratique. » La communauté évangélisatrice, par ses œuvres et ses gestes, se met dans la vie quotidienne des autres, elle raccourcit les distances, elle s’abaisse jusqu’à l’humiliation si c’est nécessaire, et assume la vie humaine, touchant la chair souffrante du Christ dans le peuple. Les évangélisateurs ont ainsi « l’odeur des brebis » et les brebis écoutent leur voix (Jn 10,3).

Pape François – Exhortation apostolique « Evangelii Gaudium / La Joie de l’Évangile » § 24 (trad. © copyright Libreria Editrice Vatican)

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here