Actualités des Paroisses Ile-Bouchard & Richelieu

Décès de Jacqueline Aubry

Mademoiselle Jacqueline Aubry a été rappelée à Dieu le 15 mars 2016, à l’âge de 80 ans, à l’hôpital de St-Benoît-La-Forêt (37), entourée de la prière de ses proches.

Messe de Trentain, présidée par Dom Jean Pateau, père abbé de l’abbaye de Fontgombault vendredi 15 avril 2016 à 11h15 en l’église Saint-Gilles.

Entrée dans le grand âge et atteinte de la maladie « à corps de Léwy », apparentée à la maladie d’Alzheimer, elle résidait à la maison de retraite de Saint-Louans sur la commune de Chinon depuis 2015, accueillie par les sœurs Augustines.

Du 8 au 14 décembre 1947, Jacqueline Aubry, sa petite sœur Jeannette, Laura Croizon et Nicole Robin déclarent voir la Sainte Vierge et l’ange Gabriel dans l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard. Cet évènement sera à l’origine du pèlerinage. Jacqueline est la troisième des fillettes à partir vers le Père, après sa petite sœur en 2011 et Laura Croizon en 1999.

En 2001, Monseigneur André Vingt-Trois, alors archevêque de Tours, autorisait officiellement les pèlerinages et le culte public à Notre-Dame de la Prière.

Sa sépulture

  • Veillée de Prière vendredi 18 mars à 20h30 à l’Accueil Notre-Dame.
  • Sa sépulture sera célébrée en l’église Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard, samedi 19 mars à 15h.
  • En raison de l’affluence attendue : retransmission vidéo à l’Accueil Notre-Dame et dans la cour du presbytère.
  • L’inhumation au cimetière Saint-Gilles se fera dans l’intimité.
  • A l’issue, un verre de l’amitié sera proposé à la Maison d’accueil Marigny, 2 route de Parcay, à L’Ile-Bouchard

Chapelle ardente

Les paroissiens et les pèlerins pourront venir se recueillir dans la chapelle ardente, à l’Accueil Notre-Dame, sur le parvis de l’église saint-Gilles, de 9h à 11h (messe à l’église à 11h15) et de 14h à 18h15 (messe à l’église à 18h30).

Biographie de Jacqueline Aubry

Jacqueline Aubry est née le 28 septembre 1935 à L’Ile-Bouchard (Indre-et-Loire). Ses parents, Marcel Aubry et Madeleine Robin, mariés en 1928, tiennent une pâtisserie au 16 de la rue Gambetta. Jacqueline a un frère aîné, Jacques (1933-1997) et une sœur plus jeune, Jeannette (1940-2011). La mère travaillant, une voisine, Mlle Grandin, emmène en promenade les petits Aubry. C’est elle qui apprendra à Jacqueline à réciter le Je vous salue Marie.

Mr et Mme Aubry ne pratiquent pas, mais ils envoient leurs filles à l’école primaire tenue par les Sœurs de Jeanne Delanoue, rue de Beauvais, et au catéchisme à la paroisse. Jacqueline obtient son certificat d’étude en 1949, puis apprend la couture.

En 1951, Monsieur Aubry meurt d’un cancer et Madame Aubry, après avoir mis la pâtisserie en location, s’installe à Tours avec ses enfants. Jacqueline travaille quelques temps dans une boutique d’objets d’art puis, grâce à une religieuse qui aide sa famille, elle prépare le brevet élémentaire et devient institutrice. Elle enseignera à l’Institut Saint-Saturnin, rue des Tanneurs, puis à l’école Sainte-Agnès sur la paroisse Notre-Dame-la-Riche. Ses dons pédagogiques lui vaudront une appréciation élogieuse de l’inspecteur. Très aimée des enfants, elle éveille chez plusieurs d’entre eux une vocation sacerdotale ou religieuse. À la suite de problèmes de santé, elle prend sa retraite en 1992 et revient habiter L’Ile-Bouchard.

Au-delà de ces faits extérieurs, la vie de Jacqueline Aubry a été profondément marquée par les événements survenus à L’Ile-Bouchard en 1947, alors qu’elle avait 12 ans.

Rappelons que le 8 décembre 1947 à 13 heures, encouragées par les religieuses de l’école, Jacqueline, sa sœur Jeannette et sa cousine Nicole entrèrent prier dans l’église Saint-Gilles. C’est là qu’elles virent toutes les trois « une belle Dame » dans l’angle de la chapelle de la Sainte-Vierge. Ce fut le début d’une semaine d’apparitions quotidiennes durant lesquelles celle qui se présenta comme leur « Maman du ciel » invita les enfants à « prier pour la France qui en a grand besoin ». Depuis, les pèlerinages à Notre-Dame de la Prière n’ont cessé de se développer.

Jacqueline, elle, est restée discrète au point qu’il est arrivé fréquemment à des pèlerins de la rencontrer dans l’église Saint-Gilles, en train de faire les bouquets ou le ménage. Elle ne se faisait pas reconnaître, même si on lui demandait où était Jacqueline Aubry ! Par sa participation à la messe quotidienne et au chapelet, par son intercession pour les intentions qu’on lui confiait, elle a vécu fidèlement l’invitation de la Vierge Marie à prier.

En 1998 elle est entrée dans la Communauté de l’Emmanuel, où, à son habitude, elle est restée discrète.

Obéissante à l’Eglise, elle acceptait de donner le témoignage des apparitions de 1947, qu’elle avait le don de raconter comme si elle venait juste de vivre ces événements. Ne ramenant rien à elle-même, elle éveillait chez ses auditeurs le goût de la prière et l’amour de la Vierge Marie.

17 COMMENTAIRES

  1. merci de votre témoignage jacqueline dans la classe de ce1 de l école ste Agnès de Tours il y a déjà presque 40 ans et je ne l oublie pas il est resté gravé dans ma mémoire . la belle Dame dont vous nous avez tant parlé avec saint Gabriel vous accompagnent jusqu au père .priez pour nous jacqueline , pour les familles , pour la France et pour le germe d espérance .

    • A Saint Saturnin, dans les années 60, elle nous avait raconté son témoignage, en terminant par le signe de la croix très lent.
      Par la suite, avec une de mes soeurs, elle nous avait emmené à l’ île Bouchard quelques jours chez elle.
      Ceci dit, l’institutrice n’était pas tendre loin de là.

  2. Bonjour,
    Une profonde amitié est née entre Jacqueline et moi à partir de 2009 tout à fait par hasard .Nous nous sommes écrit quelques lettres jusqu’en 2013-2014 que j’ai relues avec émotion cette semaine .Elle m’a reçu deux fois dans la maison près de l’église en prenant le temps de m’écouter et de me parler avec une douceur et une grande simplicité . Enseignante dans l’Enseignement Catholique moi-même nous nous comprenions beaucoup . Son amitié pour moi a marqué ma vie et ma foi .Je me suis confiee à elle, elle m’a réconfortée et aimée: uncadeau dans ma vie ..Je ne peux pas venir à l Ile -Bouchard pour raison de santé mais en union de prières je serai présente cet après-midi et dès que je peux je reviendrai lui faire mon hommage à ma manière .Je suis triste mais Jacqueline m’écrivait” notre consolation c’est le Ciel “alors elle a retrouvé La Sainte Vierge si bonne et si douce et elle gôute le bonheur du Ciel .Merci Jacqueline pour ton amitié envers moi qui m’a touchée au plus profond de mon coeur et pour toujours .Patricia La Ferté-Bernard Sarthe .

  3. Comment m’a été donné que je ne pourrai jamais oublier Jacqueline.

    Alors que je souhaitais venir vivre à l’Ile-Bouchard, où nous venions souvent avec mon Mari, il s’est trouvé qu’une amie venait de mettre en vente son appartement. Je me sentais très bien dans cet appartement béni par le Père Joseph, mais était-ce raisonnable, à presque 80 ans d’acheter un appartement situé au deuxième étage : j’hésitais. Mon amie me dit :”tu vas à messe, si tu dois l’acheter, demande un signe à Marie”.
    A la sortie, m’étant arrêté auprès de l’autel de Saint Joseph, le parvis était désert. Je vais pour rejoindre le parking, la rue était également déserte.
    Passant devant la porte “Sainte Jeanne d’Arc”, elle s’ouvre : c’était Jacqueline qui sortant viens vers moi et m’embrasse.
    Imaginez mon émotion, n’était-ce pas le signe attendu ?
    J’ai tout de suite appelé mon amie …. et depuis je vis en grande paix dans cet appartement .

  4. Merci pour ce beau témoignage “Marie”…..A vous écouter, Jacqueline, j’avais des frissons et je ressentais une grande envie de Prier et de Chanter Marie. Dès que je le pourrai, je vais me rendre à l’Eglise de ST GILLES……pour prier Marie, en commençant par ce si beau et lent signe de Croix. Jacqueline, le 19 mars, c’était la fête de ST JOSEPH……c’est tout simplement beau …..La beauté de MARIE……………conçue sans péché…..Qui prie pour nous, quand nous avons recours à Elle, avec humilité et simplicité. Anny de la paroisse de St Gilles (35)

  5. je n’ai jamais vu cette dame malgré de nombreux passages à l’île bouchard ,je l’ai vue dans des retransmissions en direct lors de pèlerinages,mais pour moi,elle est toujours dans mon cœur, bien présente;finalement,quand on aime,ils sont tous là autour de toi comme si le temps n’existe plus,comme un paradis sur terre que l’on sait bien tout le temps en construction sans cesse;chacun de nous est un levier essentiel et a un impact très important sur l’entourage d’ordre humain ou environnemental,on ne se le dira jamais assez.La vie est un enfer pour certains,mais l’espérance d’un paradis de justice est pour nous un apaisement.Que la paix régne sur toute la terre;que tout le monde sans exception se mette au travail,comme celà nous mériteront,alors que paradoxalement,nous ne méritons pas !j-m

  6. repose en paix Jacqueline auprès de Jésus et Marie. s il te plait aide moi a devenir meilleure. a prier plus souvent et savoir me concentrer quand je prie. merci. amen.

  7. Je possède le DVD dans lequel cette personne parle avec simplicité et sainteté de son expérience surnaturelle. Puisse-t-elle avoir déjà retrouvé dans toute sa splendeur la lumière dont il lui fut donné d’apercevoir quelques éclats en 1947. Et puisse-t-elle prier pour notre pauvre France apostate livrée aux forces mauvaises de la franc-maçonnerie… jusqu’à ce qu’il plaise à Dieu de confondre tous Ses ennemis.

  8. merci jacqueline il y a quelques années d être venue faire votre témoignage a l école st joseph de saint cyr sur Loire , je me souviens que quelques temps après il fut construit par les élèves un arbre de vie qui se trouve devant l école et puis st joseph , en sa fête ce 19 mars était avec vous jour choisi pour nous quitter mais pour être désormais avec tous les enfants et pèlerins qui a leur tour témoigneront de ces moments avec vous .merci .priez pour nous avec notre dame st Gabriel et saint joseph .

  9. J’ai souvent croisé Mademoiselle Jacqueline AUBRY.
    Je n’osais pas l’aborder.
    J’en ai un grand regret maintenant.
    Quelle douceur dégageait cette Dame !
    J’ai appris avec retard son retour vers DIEU
    Qu’elle continue à prier pour nous ; chaque jour je pense à elle encore davantage
    L’ILE BOUCHARD sans Mademoiselle Jacqueline AUBRY donne un sentiment de vide.

  10. En 1984 mon mari etai enseignant de math a st Joseph de chignon.en 1985 il en fut le directeur.nous nous promenions beaucoup dans les environs de chinon et c’est comme cela qu’un jour nous sommes entrés dans l.eglise de l’île Bouchard…à l’occasion d’un repas réunissant les personnels de l’institution j’ai eu l’occasion de dîner auprès de Jacqueline.quel moment agréable et riche.elle souhaitait que l’on parle beaucoup du bon dieu et de la vierge marie aux petits enfants..je l’ai vu témoigner dans une classe auprès d’élèves de troisième ils avaient un petit sourire au début et ensuite écoutaient avec sérieux presque gravité.le signe de croix qu’elle nous a demandé de faire était très lent. Je pense souvent à elle.chere Jacqueline je prie pour toi qui connaît le bonheur .

  11. Beau Témoignage que celui de Jacqueline Aubry ! Si Le Monde Savait davantage……
    Je lui confie ma Belle Soeur qui est Née le 07-08-1947 et confie aussi sa Famille à Notre-Dame de l’île Bouchard pour “donner du Bonheur aux Familles” et de la Sérénité MERCI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here