Actualités du Sanctuaire Marial de l'Ile-Bouchard

Aimer la France… et les autres pays alors ?

bellamy

La question est bonne.

Dire que Marie aime particulièrement la France veut dire quoi pour les autres pays ? Dire que j’aime mon pays veut dire quoi pour les autres pays ? Jésus est venu dépasser le particularisme et étendre l’élection au monde entier.

Réponse philosophique, parle philosophe François-Xavier Bellamy, dans son livre Les déshérités, ou l’urgence de transmettre, Plon 2014, à la page 192.

Il répond sur la nécessité de transmettre notre culture française à nos enfants. On peut l’appliquer à l’amour de sa patrie.

Le particulier ne nous enferme pas en lui, au contraire  : c’est par lui que nous pouvons aller vers l’universel. L’estime de ce qui est le plus proche ne m’éloigne pas du reste du monde ; à l’inverse, elle m’ouvre à la compréhension de ce qu’il y a de plus général. Par exemple, le fait que nous ayons aimé nos parents de façon totalement unique, avec leurs personnalités singulières, ne signifie pas que nous en soyons venus à détester les autres parents de la Terre, loin de là : c’est à travers eux que nous avons approché la réalité de la paternité, de la maternité ; et la relation personnelle qui nous a liés à eux a pu seule nous faire pressentir avec émerveillement l’infinie et fragile beauté de cette expérience universelle de la filiation, qui porte l’humanité.Aimer ses parents ne veut pas dire qu’on méprise les autres ; de la même façon, aimer la culture que l’on a reçu en héritage, cette culture particulière parmi toutes les civilisations du monde, ne signifie pas détester les autres.Bien au contraire : à mesure que nous recevrons ce que notre culture peut nous transmettre de meilleur, nous serons à même de comprendre et d’estimer la singularité des autres traditions que nous pourrons rencontrer.”