Contexte Ecclésial

Historique des démarches des archevêques de Tours, les curés depuis 1947, le décret de 2001 de Mgr André Vingt-Trois

Contexte Eccesial
  1. Historique des démarches des archevêques de Tours
  2. Les curés depuis 1947
  3. Le texte officiel du décret de 2001 de Mgr André VINGT-TROIS

1 – Démarches des archevêques de Tours

132 Louis Joseph Gaillard         (1931-1956)
133 Louis Ferrand                     (1956-1980)
134 Jean Honoré                      (1981-1997)
135 Michel Moutel                    (1997-1998)
136 André Vingt-Trois               (1999-2005)
137 Bernard-Nicolas Aubertin    (2005- )

1951- Mgr Joseph Gaillard autorise la publication (imprimatur) de la brochure Les faits mystérieux de L’Ile-Bouchard (44 pages), l’auteur (qui ne signe pas) est un vicaire général du diocèse, Mgr Robert FIOT.

1966- Mgr Louis Ferrand donne le vocable    « Notre-Dame de la Prière ».

1988- Mgr Jean Honoré autorise les nouvelles statues, plus conformes aux descriptions des quatre enfants, et puis Monseigneur Honoré donne son imprimatur à un livre d’étude théologique des faits publié par un dominicain le Père Vernet en 1992.

1997– Communiqué de Monseigneur Michel MOUTEL, à l’occasion du cinquantenaire de Notre-Dame de la Prière.

1999-2000– Monseigneur André VINGT-TROIS choisit l’église Saint-Gilles de L’ILE-BOUCHARD (Notre-Dame de la Prière) avec trois autres, comme église jubilaire, pour le Jubilé de l’An 2000 dans le Diocèse de Tours.

Le mercredi 8 décembre 1999, Mgr André VINGT-TROIS préside la Messe du 52e Pèlerinage à Notre-Dame de la Prière et prononce la Prière officielle à Notre-Dame de la Prière composée par lui-même.

 

2001- Le 8 décembre, Mgr André Vingt-Trois promulgue le décret reconnaissant et autorisant le culte public et les pèlerinages.

La paroisse/Sanctuaire fait partie de l’AOM, Association des Oeuvres mariale.

Le curé de l’Ile-Bouchard est membre de l’ARS, Association des Recteurs de Sanctuaires

2 – Les curés de l’Ile-Bouchard

1921 à 1960 : le Chanoine Clovis Ségelle.

1960 à 1998 : des prêtres Montfortains ont remplacé le Chanoine Ségelle

1998 : Les prêtres desservant la paroisse de L’Ile-Bouchard sont membres de la communauté de l’Emmanuel, et plusieurs autres membres habitent le bourg ou ses environs.

Petit historique de l’Emmanuel et L’Ile-Bouchard ICI.

Les curés successifs, membres de la Communauté de l’Emmanuel : Pierre Afonso 1998 -2009, Yves-Marie Couët 2009-2011, Xavier Malle 2011-… .

Les vicaires successifs : Xavier
Bizard, Xavier Malle, Christian Chérel, Eric Longuemare, Philippe Besnard, Bernard Gloux, Patrick Pouplin, Josselin Scherr.

 

3 – Textes officiels

Le 8 décembre 2001, Mgr André VINGT-TROIS publie le décret d’autorisation des pèlerinages et du culte public à Notre-Dame de la Prière :

DECRET

Depuis 1947, de nombreux catholiques viennent en pèlerinage à l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-BouDécret 2001 Mgr Vingt-Troischard pour y vénérer la Vierge Marie. Ces pèlerinages ont porté de nombreux fruits de grâce. Sans jamais céder à l’attrait du sensationnel, ils développent un esprit de prière et contribuent à la croissance de la foi des participants.

Après avoir soigneusement étudié les faits et pris conseil des personnes compétentes, j’autorise ces pèlerinages et le culte public célébré en l’église paroissiale Saint-Gilles de L’Ile-Bouchard pour invoquer Notre-Dame de la Prière, sous la responsabilité pastorale du curé légitime de cette paroisse.

Fait à Tours, le 8 décembre 2001
En la fête de l’Immaculée-Conception

+ André VINGT-TROIS
Archevêque de Tours

Communiqué de Monseigneur Michel MOUTEL, Archevêque de Tours, à l’occasion du cinquantenaire de Notre Dame de la Prière (L’Eglise en Touraine, 4/12/97 n°22):

L ‘appel à la prière retentit au cœur de l’Evangile. Il a trouvé un écho il y a cinquante ans dans le diocèse, à l’Ile-Bouchard. Depuis, de nombreux pèlerins viennent chaque année, le 8 décembre, en l’église Saint-Gilles, se confier à Notre-Dame. Ils y sont accueillis et aidés. Je me réjouis de cette ferveur.

L ‘Eglise a estimé qu’elle n’était pas en mesure de garantir le caractère surnaturel des événements qui sont à l’origine de cette dévotion. Je m’en tiens à l’attitude qui a été celle de mes prédécesseurs et j’invite chacun à s’y tenir.

En cette fête de l’Immaculée, je recommande aux pèlerins et à l’ensemble des diocésains de s’en remettre avec simplicité à l’intercession de la Vierge Marie : qu’elle nous apprenne la vraie prière, qu’elle nous aide à marcher courageusement à la suite du Christ et de témoigner de lui chaque jour dans le service de nos frères.

A Tours, le 1er décembre 1997
Michel Moutel
Archevêque de Tours

Lettre de Monseigneur Jean HONORE, Archevêque de Tours, lue par Monsieur l’Abbé Louesdon, Curé de L’Ile-Bouchard, le 8 décembre 1988. Publiée dans le Bulletin Paroissial de L’Ile-Bouchard.

La paroisse de L’Ile-Bouchard se réjouit de voir la dévotion à Marie se développer depuis les évènements de 1947.

En l’absence du jugement officiel de l’Eglise, le culte (privé) de Notre-Dame rassemble chaque année, le 8 décembre, fête de l’Immaculée Conception, de nombreux fidèles venus des régions les plus diverses. Tous ont à cœur de prier Notre-Dame dans un élan unanime de ferveur et de confiance.

Les chrétiens de L’Ile-Bouchard, attachés au culte marial, sont légitimement soucieux de maintenir dans leur église le souvenir qui perpétue la tradition. Ce qui les a déterminés à envisager un nouvel aménagement de la grotte qui symbolise cette tradition. Ils ont souhaité aussi substituer une statue de la Vierge, plus belle, plus noble et plus expressive que l’ancienne.

Tout ce travail de renouvellement s’est accompli en parfait accord avec Monsieur le Curé qui m’a tenu informé.

Je ne puis qu’approuver et encourager ce qui a été fait et je suis heureux de la diligence des paroissiens pour offrir à Notre-Dame un cadre dont chacun pourra apprécier la beauté et la spiritualité.

Je souhaite que les fidèles, habitants ou habitués de L’Ile-Bouchard, découvrent sur le visage de la nouvelle statue, la paix et la douceur, le recueillement et la tendresse de Celle que le Concile nous a appris à prier comme notre Mère et la Mère de l’Eglise.

17 novembre 1988
Jean Honoré,
Archevêque de Tours