L’Agenda du Sanctuaire et des Paroisses

Télécharger le dépliant annuel du programme en PDF

Renseignements spécifiques pour
les fêtes mariales – les Saints Patrons de la France – les Lundis de la théologie à Chézelles

Chargement Évènements

« Tous les Évènements

  • Cet évènement est passé

Grand spectacle familial des 70 ans 12-13-14 août 2017 « Il y a Nicole, il y a Laura, il y a Jeannette »

août 12 @ 22 h 00 min - août 14 @ 23 h 30 min

Gratuit

Le Sanctuaire de L’Ile-Bouchard désirant célébrer joyeusement l’anniversaire des 70 ans du pèlerinage auprès de Notre-Dame de la Prière a sollicité la troupe de Saint Marc pour créer un grand spectacle familiale en plein air les 12-13 et 14 août 2017.

Il y a Nicole, il y a Laura, il y a Jeannette…

Tel est le titre choisi, parole de Jacqueline Aubry, l’aînée des fillettes de 1947, parlant de ses trois amies.

Renseignements pratiques

Les représentations auront lieu :

  • les samedi 12, dimanche 13 et lundi 14 août 2017
  • à 22h, à la tombée de la nuit
  • en plein air
  • dans le parc de la Maison d’Accueil Marigny en L’Ile-Bouchard.

Plusieurs centaines de personnes sont attendues chaque soir.

Entrée libre, quête.

S’habiller selon la météo du soir !

Le spectacle

Ecriture : Jean-Paul Marot

Mise en scène : Guillemette Marot

Responsable des décors : Isabelle de Montgolfier

La démarche artistique mêlera les arts du théâtre, de la danse, du cinéma et du chant, et également la création artistique pour les décors et les costumes.

Intrigue de la pièce (prologue, trois actes et épilogue)

L’auteur s’inspire du témoignage de Jacqueline Aubry pour mettre en scène les réactions des quatre petites filles, de leurs parents, de leurs institutrices, du curé et de certains habitants de l’Ile Bouchard durant les événements de 1947. Il imagine les grâces reçues par des gamins du village, un couple et une ménagère qui se joignent à la foule des curieux qui s’empressèrent de rejoindre les fillettes à l’église St Gilles. Le prologue permet de camper l’atmosphère de la France à cette époque et l’épilogue de souligner le parallèle qui peut être établi avec la nôtre.

 

La Troupe de Saint-Marc

un petit historique

Elle est fondée en 1992 par Jean-Paul et Guillemette Marot qui montent avec des jeunes Le Mystère de Pierre.

A l’occasion de l’une des représentations dans le Morbihan, le Recteur de la Basilique de Sainte Anne d’Auray lui propose de créer un spectacle sur Yves Nicolazic, cultivateur à l’origine de ce « Pardon » si connu des Bretons. 120 jeunes de l’Ouest s’engagent dans le projet et assurent plusieurs spectacles en 1995 pour le 350ème anniversaire de la mort de Nicolazic.

Le 20 septembre 1996, les jeunes familles qui accueillent le Pape J. P. II à Sainte-Anne d’Auray demandent à la Troupe de leur redonner, juste avant l’intervention du Saint-Père, la pièce Nicolazic et de préparer, en lien avec chaque acte, des interventions avec des personnes des diocèses rassemblés ce jour-là. Plus de 400 personnes travailleront à ce spectacle.

Le curé de N. D. des Champs à Paris commande à la troupe pour les J. M. J. de 1997 un spectacle sur Louise de Marillac. La troupe monte Louise, Vincent et nous. À la demande des Petites Sœurs des pauvres une représentation supplémentaire sera donnée dans l’enceinte même de la chapelle de la rue du Bac. La pièce sera redonnée à Nantes en 1998.

En 2003 la troupe monte un nouveau Mystère, Marie de Magdala, qu’elle joue dans l’Ouest de la France, puis en juin aux Fêtes du Sacré-Cœur à Paray-Le Monial, et enfin, en novembre 2003, à Paris. 40 personnes participeront à l’aventure.

Aujourd’hui 2016-2017

En 2014, le père Xavier Malle, curé de la Paroisse/Sanctuaire de l’Ile- Bouchard sollicite l’aide de Jean-Paul et de Guillemette Marot et de la Troupe de Saint-Marc ; il leur demande de créer avec les habitants un spectacle nocturne pendant le pèlerinage du 15 août 2017, spectacle qui évoquera les évènements qui ont eu lieu, 70 ans auparavant, en 1947, à cet endroit. Jean-Paul et Guillemette écrivent une adaptation théâtrale du témoignage de Jacqueline Aubry et organisent un casting en mai 2016. Vingt-deux acteurs amateurs habitant la région de L’ILe Bouchard partent dans l’aventure et démarrent les répétitions en août 2016 : Nicolas de Beauregard, Maximilien de Beauregard, Raphaël de Beauregard, Syméon de Beauregard, Patrice Beublet, Jean-Charles Brize, Claude et Christiane Carboulec, Cécile Colla, Sophie de Monteynard, Marie Nativel, Claire-Emmanuelle Nativel, Gabrielle Nativel, Benoît Nativel, Nathalie Pontroué, Mathilde Pontroué, Paul Pontroué, Alice Raimbault, Tanneguy de Thé, Bernard et Anne-Marie Van Vooren et Maud Warg. Une quinzaine de jeunes figurants doivent se joindre aux acteurs au printemps prochain pour monter des chorégraphies, guidés par Gwenola de Beauregard.
Anciens ou nouveaux dans la Troupe, des professionnels acceptent de les aider bénévolement pour monter ce spectacle en l’honneur de la Vierge Marie. Mise en scène : Guillemette Marot ; décors : Isabelle de Montgolfier et Nicolas de Beauregard ; vidéo, photographie : Anne Montagutelli et Martin Delavenne ; costumes : Benoît Glenisson et Sylvie Glenisson (La Corneille distinguée) ; chef de chœur et adaptation musicale : Pierre-Yves Sordes ; piano et adaptation musicale : Eric Pommeret ; violon (en cours) ; enregistrement des voix et régie son : Fabien Maquet et Gregory Bée ; régie lumières (en cours) ; communication et graphisme : Bertrand Carron et Clémence de Damas.

Quelques mots sur L’auteur

Médecin, Jean-Paul Marot débute l’écriture théâtrale par le Mystère de Pierre en 1988, pour une troupe d’enfants. Adapté par la suite pour des étudiants, cette pièce sur St Pierre est rejouée en Bourgogne puis en Bretagne. La tournée bretonne de 1991 sera à l’origine de la commande de Nicolazic par le recteur du sanctuaire de Sainte Anne d’Auray en 1993. Ce mystère d’espérance en 5 actes évoque la vie du cultivateur à l’origine de ce pardon. Suivra, en 1996, l’écriture de Louise Vincent et nous à la demande du curé de Saint Nicolas des Champs à Paris pour les J. M. J.; ce mystère de charité traversé par le thème du pardon présente la fondatrice des filles de la Charité, Louise de Marillac et St Vincent de Paul. En 2002 naît, à la demande du recteur de Paray-le-Monial, Marie de Magdala, une évocation de celle qui, nous dit l’évangile, fut guérie de sept démons. Enfin, un séjour professionnel de trois ans au Québec lui permet de découvrir Kateri, première sainte amérindienne, et d’écrire, en 2012, Kateri, une pièce pour enfants relatant un épisode de sa vie.

Le metteur en scène

Guillemette Marot, docteur ès lettres, enseignante, chercheur et metteur en scène, a une double formation universitaire et théâtrale. Ses études de Lettres lui permettent d’approfondir les metteurs en scène contemporains, le déguisement chez Molière et chez Marivaux, et plus tard la Comédie Italienne et les théâtres de la Foire à Paris. Dès 1974, à l’école de Jean-Louis Barrault au théâtre d’Orsay et de Silvia Monfort au Carré Silvia Monfort (qui jouxte avec le cirque Grüss avec lequel Silvia travaille beaucoup), elle met en scène, à Paris, avec des élèves de 3e et 4e, de nombreuses pièces telles qu’une adaptation des Contes d’Andersen, L’annonce faite à Marie de Paul Claudel, L’Avare et Les Femmes Savantes de Molière, des adaptations du Petit Prince de Saint-Exupéry et du Bon Petit Diable de la Comtesse de Ségur. En 1988, à l’école de Cenves (Rhône), elle suit les cours d’art dramatique de Dominique Leverd (comédien, metteur en scène et directeur de l’École d’Art Dramatique, Verbe et Lumière de Paris). De 1986 à 2005, elle monte deux troupes d’étudiants, l’une à Dijon en Côte d’or (1986-1990), puis une autre à St Marc sur Mer dans les Pays de Loire (1992-2005). Parmi ses nombreuses mises en scène, à ces périodes-là, sont à noter une reprise en 1987 de L’Annonce faite à Marie (P. Claudel) au festival de Paray-le-Monial (Bourgogne) et en 1993 la mise en scène de Nicolazic (J. P. Marot) pour le pardon de Ste Anne d’Auray (Bretagne). Une rencontre en 1995 avec Jacky Soubiron, chef de troupe et chef de village des spectacles du Puy du Fou en Vendée est très précieuse pour l’aider à remonter, l’année suivante, lors de la venue du pape J. P. à Ste Anne d’Auray, Nicolazic devenu, avec des interventions créées pour les 246 intervenants des cinq diocèses de l’Ouest, un spectacle pour les jeunes familles.

De 1999 à 2001, elle enseigne et monte un atelier-théâtre en milieu universitaire à l’I.C.E.S à la Roche sur Yon (Vendée) ; elle met en scène Claudel et Connais-moi, création de scénettes tirées de textes et poèmes sur la femme des XIXe et XXe siècles. Elle donne ensuite des cours sur le théâtre à l’Université Laval à Québec et à son retour en France, à l’Université catholique de l’Ouest (UCO Angers et Basse Bretagne) jusqu’en 2014.

Membre de l’équipe du Centre d’études des théâtres de la Foire et de la Comédie Italienne de l’Université de Nantes (CETEFI) depuis 2002 et du Cercle interuniversitaire d’étude sur la République des Lettres de l’Université Laval à Québec (CIERL) depuis 2010, elle continue aujourd’hui à travailler notamment sur le personnage de Colombine, sur des manuscrits du XVIIIe siècle et sur les Registres de la Comédie Italienne à Paris ; elle publie plusieurs articles et édite aux Éditions Espaces 34 (Montpellier), en 2005 le Fourbe sincère de Desgranges dans le Théâtre de la Foire, Anthologie de pièces inédites 1712-1736 sous la direction de Françoise Rubellin et, en 2007, avec Tomoko Nakayama La Française italienne de Legrand, L’Italienne française de Dominique, Romagnesi et Fuzelier, le Retour de la Tragédie française de Romagnesi. Elle préface l’ouvrage collectif Diversité et modernité du théâtre du XVIIIe siècle, [dir. Guillemette Marot-Mercier et Nicholas Dion, Paris, Hermann (Série Collections de la République des Lettres), 2014], fruit d’un colloque international organisé à l’Université Laval sur le théâtre du XVIIIe siècle en 2011.

La réalisatrice vidéo

Anne Montagutelli-Fournier est, au cinéma, assistante réalisatrice d’Amos Gitaï, de Baz Taylor, de Jean-Michel Gibart, à la télévision, de Gilles Béhat, de Joël Séria et au théâtre, de Roger Mirmont pour Le Différend. Elle est également assistante à la mise en scène de créations événementielles comme le défilé de Jean-Paul Goude, le 14 juillet 1989, la feria de Nîmes orchestrée par Stéphane Plassier en 1990 et les spectacles de Francis Morane. Elle travaille aussi comme assistante de production sur le spectacle, Bernard de Clairvaux, mis en scène par Michael Lonsdale en 1990. Elle assure la régie son et lumière au théâtre avec Paul de Larminat pour les pièces, Sagesse d’un pauvre en 1996-1997, Les Récits d’un Pèlerin russe en 1993-1994, Les Fioretti de Saint François d’Assise en 1995-1996 et l’adaptation de Michaël Lonsdale, Vous m’appellerez Petite Thérèse en 1997, mises en scène par Michael Lonsdale. Elle monte son premier film sur cette dernière pièce. Elle réalise 13 vidéos sur you tube sur le thème du péché (lien e-croire) et deux vidéos pour le diocèse d’Angers, « la confirmation des adultes » et « Le Notre Père ».

Télécharger l’affiche en pdf

Détails

Début :
août 12 @ 22 h 00 min
Fin :
août 14 @ 23 h 30 min
Prix :
Gratuit
Catégorie d’Évènement:

Organisateur

Paroisse/sanctuaire de L’Ile-Bouchard
Téléphone :
02 47 58 51 03
E-mail :
secretariat@ilebouchard.com
Site Web :
www.ilebouchard.com

Lieu

Maison d’Accueil Marigny
2 route de Parcay
L'Ile-Bouchard, 37220 France
+ Google Map
Téléphone :
0247585201
Site Web :
http://www.amouretverite.org